Si les chats sont empoisonnés, vous devez vous rendre chez un vétérinaire dès que possible. Mais il est, souvent, difficile d’interpréter correctement les symptômes. Vous trouverez ici les signes les plus courants d’empoisonnement.

Les chats peuvent s’empoisonner de différentes manières. Ils peuvent manger, lécher, inhaler ou absorber des toxines par leur peau. Comme vous ne gardez pas toujours un œil sur votre animal, vous ne vous rendez souvent pas compte que votre patte de velours est entrée en contact avec quelque chose de potentiellement toxique. C’est pourquoi, il est encore plus important de connaître les symptômes d’un empoisonnement. Les signes les plus évidents sont les crampes, la paralysie, une démarche instable, de l’écume à la bouche ou de forts tremblements.

Un comportement inhabituel est un signal d’alarme

L’augmentation de la salivation et les vertiges sont un peu plus difficiles à détecter chez les chats. En général, si votre animal se comporte différemment de d’habitude, s’il est inhabituellement excité ou léthargique, alors vos cloches d’alarme devraient se déclencher ! Des yeux vitreux, des pupilles très dilatées ou rétrécies peuvent, également, être des signes d’empoisonnement. De plus, si votre chat souffre, miaule ou même siffle lorsque vous le tenez, vous devez l’emmener chez un vétérinaire.

Autres symptômes : vomissements et diarrhées

Il devient, également, difficile avec des symptômes tels que la diarrhée et les vomissements. Enfin, chez les chats, la régurgitation du contenu de l’estomac est un réflexe protecteur, par exemple pour éliminer les boules de poils de l’estomac. Ici, cela dépend de la gravité des vomissements. Vous devez, également, vérifier si votre chat se comporte différemment de la normale. Les vomissements peuvent, aussi, vous donner un autre indice. Par exemple, si votre patte de velours a été empoisonnée par des pesticides contenant du phosphore, les vomissures brilleront dans le noir et sentiront l’ail.

Si vous pensez que votre chat a été empoisonné à cause de vomissements importants, vous devez absolument consulter un vétérinaire. Pour un diagnostic plus rapide, il est utile d’emporter une partie du vomi avec vous. Même si tous les empoisonnements ne sont pas associés à un danger aigu pour la vie ; plus tôt votre animal sera traité correctement, mieux ce sera.

Les symptômes d’empoisonnement chez le chat

Intoxication au paracétamol

Le chat qui a avalé du paracétamol vomit et salive abondamment. On observe, également, d’autres symptômes, comme une anémie (destruction des globules rouges), ainsi qu’une atteinte du foie qui ne peut plus détoxifier le sang. Cela entraîne des œdèmes, une difficulté à marcher ainsi que des convulsions. Les muqueuses deviennent jaunes puis bleues. Votre chat a froid, tremble. Il risque de mourir au bout de deux jours s’il n’est pas pris en charge rapidement. Bien entendu, ne donnez aucun médicament à votre chat sans consulter un vétérinaire.

Intoxication à l’ibuprofène et à l’aspirine

Les symptômes de l’empoisonnement du chat, dans ce cas, englobent la perte d’appétit, une anorexie, en plus des vomissements et des diarrhées. L’estomac devient acide, la circulation du sang est perturbée. Votre chat souffre d’ulcère, saigne de l’intestin. Vous remarquez, alors, des selles noires avec des traces de sang. Le chat a des douleurs abdominales ainsi que des problèmes respiratoires. Il urine souvent, se déplace difficilement. Si l’empoisonnement est important, il tombe dans le coma puis décède.

Intoxication à certains aliments humains

Le chocolat, l’alcool, les poireaux, les champignons, les oignons, les échalotes, l’ail, le raisin, les avocats ne sont pas digérés par le chat. S’il en consomme, il aura des diarrhées, se mettra à vomir, trembler, et salivera abondamment. Évitez donc de lui donner des restes après vos repas. Il est plus sain pour lui de ne manger que des croquettes.

Intoxication dans le jardin

L’empoisonnement le plus fréquent par les plantes chez le chat se fait avec les lys. Le chat vomit, a la diarrhée. Il peut, également, s’empoisonner avec le muguet, le laurier-rose, l’if et les produits anti-limaces répandus dans le potager. Lorsqu’il mange des animaux intoxiqués par des produits chimiques comme le raticide, l’insecticide et le taupicide, il tremble et risque de chuter dans le coma selon la dose ingérée. La « mort-aux-rats » provoque, elle, une hémorragie interne. Enfin, leur instinct de chasse les amène parfois à attraper des crapauds ou des chenilles.

Comment agir en cas d’intoxication de votre chat ?

En présence de symptômes anormaux chez votre animal, une inspection rapide de l’environnement direct permet parfois de suspecter une intoxication (plaquette de médicaments mâchouillée, flacon renversé, sac de raticide percé). Ces informations seront importantes à transmettre au vétérinaire qui prendra en charge votre animal pour qu’un traitement adapté soit administré le plus tôt possible.

Si votre animal a ingéré ou a été exposée à une substance douteuse, vous pouvez contacter un vétérinaire ou un centre antipoison vétérinaire qui pourra vous dire si votre animal court un risque ou non et s’il est nécessaire de consulter un vétérinaire. Les coordonnées des centres antipoison vétérinaires sont disponibles sur internet.

Traitements et prévention des intoxications chez le chat

Lorsque le risque est avéré, si l’animal vient d’ingérer un produit toxique, il est possible de le présenter à un vétérinaire pour que celui-ci lui administre un médicament à effet vomitif. Ne donner ni à manger ni à boire à votre animal, attendez d’obtenir les conseils que le vétérinaire vous donnera.

Pour certains produits toxiques ou médicaments, il existe des antidotes. Par exemple, en cas d’intoxication d’un chat par des raticides, le vétérinaire pourra être amené à prescrire de la vitamine K1 pour restaurer le système de coagulation de l’animal.

Cependant, par rapport à la multitude de produits potentiellement toxiques pour le chat, il existe très peu d’antidotes. La prise en charge d’une intoxication chez le chat passe, généralement, par un traitement éliminatoire et symptomatique.

La meilleure gestion des intoxications chez le chat reste la prévention. Cela consiste à identifier, dans l’environnement de l’animal, les toxiques potentiels (plantes toxiques, produits ménagers mal stockés) et les mettre à l’abri ou s’en débarrasser pour éviter tout risque d’empoisonnement.