Chien qui aboie. Le chien le fait très souvent pour montrer un malaise, protéger son territoire, appeler la meute… Le chien qui aboie est un chien à qui l’on a tout cédé et à qui l’on a jamais ou mal apprit à rester seul. Des conseils, des astuces, vont vous permettre de rectifier très vite ce mauvais comportement.

Chien qui aboie : c’est aussi, un trouble du comportement

Parmi les troubles du comportement chez le chien, les aboiements sont de l’ordre de 40%. Ce qui est énorme. Dans la meute et la vie sauvage, l’aboiement n’existe pas ou très peu et a toujours une fonction bien précise.

Aboyer chez le chien, peut prendre plusieurs formes. Ce peut-être :

  • Des glapissements,
  • Des jappements,
  • Des hurlements.

Le chien qui aboie, le fait et selon les cas, pour :

  • Montrer son inquiétude,
  • Défendre son territoire,
  • Appeler la meute.

On ne peut interdire totalement à un chien, d’aboyer. On peut certes, minimiser les aboiements, mais on ne peut les interdire complètement. Beaucoup d’aboyeurs chroniques sont des chiens à qui l’on a tout autorisé et qui n’ont pas ou très peu, connu d’interdits. On a par exemple : jamais laissé le chien seul, on lui a tout permis. On l’a laissé absolument faire tout ce qu’il désirait, allant même et ce, très souvent, au-devant de ses désirs.

Comment arrêter les aboiements ?

Lorsqu’un chiot, un chien aboie et que vous désirez le stopper dans ses vocalises. Vous devez l’arrêter net à chaque fois et bien sûr, sans omettre une seule fois. Foncez-lui dessus rapidement, bombez le torse et tenez votre tête bien droite (C’est ainsi que réagit le dominant d’une meute et n’oubliez jamais, que pour votre chien vous devez être le dominant). Tout en disant à votre chien et sur un ton très ferme « Tu, te tais ». Vous ne devez surtout pas crier, car en criant, vous confirmez à votre chien qu’il a raison d’aboyer. Appuyez les mots et séparez bien les syllabes : – « Tu », « Te », « Tais ».

Conclusion :

Les chiens à qui l’on a tout cédé ne peuvent plus se passer de la présence de leur maître et ils ne supportent plus de rester seuls. Alors ils manifestent leur détresse, par des aboiements. La solitude pour le chien, est source d’angoisse. Le chien qui aboie peut alors le faire toute la journée. D’où l’importance de rectifier très vite ce mauvais comportement.

Chien qui aboie : comment corriger ce mauvais comportement ?

Un chien qui aboie constamment est un chien qui ne supporte plus de rester seul, lors des absences de son maître. Il faut alors provoquer cette situation et corriger le chien dès que ce mauvais comportement apparaît. Il faut apprendre progressivement à votre chien à rester seul en votre absence.

Attention ! Pour faire cesser un chien qui aboie, vous ne devez plus faire la fête à votre chien lors de votre retour et ce, quel que soit la durée de votre absence (Faire la fête à un chien est un comportement humain et non, un comportement canin). Lorsque vous venez de rentrer et pendant environ une vingtaine de minutes, vous devez totalement ignorer votre chien. S’il vous saute dessus, reculez, mais ne le repoussez surtout pas avec les mains. Sans quoi, il penserait que vous désirez jouer avec lui. Vaquez à vos occupations, c’est tout. Toute votre famille, vos amis, vos invités, ou toute personne qui vient à votre domicile doit faire de même, ignorer le chien.

Chien qui aboie : comment faire ?

Quinze minutes avant votre départ, vous ne devez plus du tout vous occuper de votre chien. Vous ne devez pas le caresser ni lui parler. Partez sans dire un mot et sans regarder votre chien. C’est seulement comme cela que le chien qui aboie comprendra que votre absence est quelque chose de tout à fait naturelle, et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter (Voyez l’attitude d’un garagiste et imaginez s’il devait se préoccuper de son chien à chaque sortie, le caresser et lui dire « Attends, je reviens » etc. Il ne s’en sortirait pas). Vous devez donc agir comme lui, et ne pas vous préoccuper de votre chien, de votre chiot.

Si vraiment votre chien se déchaîne en aboyant au moment de votre départ. Ou même, s’il réagit avec une agression ritualisée du maître. Il vous faut dévier, son attention. Vous pouvez par exemple :

  • Ne pas lui donner à manger la veille et lui donner sa gamelle, juste au moment de votre départ.
  • Ne jamais lui laisser ses jouets et lui jeter son jouet préféré, seulement au moment de votre absence.

Pour le chien qui aboie, vous pouvez ruser tout en le sécurisant. Ainsi, portez un vieux vêtement quelques jours, car il faut qu’il soit bien imprégné de votre odeur. Et au moment de votre départ, déposez celui-ci dans le panier de votre chien. N’hésitez pas à porter cet habit de temps en temps, car il faut qu’il conserve votre odeur corporelle.

Vous pouvez aussi, laisser la radio et la télévision allumées si vous les écoutez très souvent, quand vous êtes chez vous. Non pas, que votre chien soit un « Fan des infos ». Mais simplement, parce qu’il est habitué à ce que vous écoutiez la radio ou regardiez la télévision, quand vous êtes présent à votre domicile. Et c’est alors, pour lui, un bruit sécurisant lui rappelant que vous n’êtes pas très loin.

Mais comment habituer le chiot, le chien aux absences du maître ?
Ces conseils ci-dessus, ne doivent pas vous empêcher d’habituer votre chien progressivement, à votre absence.

Vous devez d’abord partir cinq minutes, puis dix, puis quinze, puis trente minutes. Ne vous occupez pas de votre chien : ni au départ, ni au retour. Dès que votre chien accepte sans problème votre absence pendant ces laps de temps, assez courts. Vous pourrez augmenter progressivement ceux-ci, pour arriver jusqu’à une heure, puis deux, puis trois heures et pour enfin, parvenir à le laisser seul pendant six heures. A ce stade, votre chien devrait accepter maintenant vos absences, sans stresser.

Comme ceci, demande un certain temps d’apprentissage. Il vaut mieux le faire pendant un week-end. C’est même pour cela, qu’il est conseillé de prendre un chiot en fin de semaine, ou mieux, de le prendre pendant les vacances.

Chien qui aboie : autres règles importantes

Avoir un chien calme, c’est aussi mettre en place la hiérarchie. Ceci est très important dans l’éducation de votre chien. Mais aussi :

  • Vous devez stimuler votre chien, par de longues promenades dans des endroits différents.
  • Vous devez faire exécuter à votre chien, des exercices d’obéissance. Non seulement, vous aurez nettement plus de complicité avec lui, mais cela vous permettra d’asseoir votre autorité. Tout cela doit bien sûr, se passer dans le calme et sans cris. Si votre chien ne vous obéit pas, ce peut être :
  • Parce que votre chien ne sait pas faire l’exercice correctement, et dans ce cas, il a besoin de votre aide. Il a besoin que vous lui montriez, comment faire !
  • Ou bien, il ne comprend pas ce que vous lui demandez d’exécuter. Vos ordres sont sûrement trop confus, pour que votre chien les comprenne parfaitement. Faites attention et donnez des ordres clairs et précis.
  • Votre chiot est fatigué et il n’arrive plus à se concentrer. Dans ce cas, faites faire à votre chien un exercice très simple, qu’il connaît parfaitement. Puis arrêtez les exercices.

N’oubliez pas, qu’un chiot se fatigue très vite. Les exercices d’obéissance ne doivent donc pas durer trop longtemps. Sinon, votre chiot n’arrivera plus à les exécuter correctement. Pour un chiot de deux mois et demi, trois mois, ces exercices ne doivent pas durer plus de cinq minutes. Plus tard, lorsqu’il sera un peu plus âgé, vous pourrez les faire durer quinze minutes. Ainsi, il est préférable de faire plusieurs exercices d’une durée de cinq minutes et plusieurs fois par jour ; au lieu d’un seul exercice mais qui dure trop longtemps et où vous mettriez à coup sûr, votre chien en échec.

A la fin de la séance, terminez toujours par un exercice que le chiot, que le chien, connaît parfaitement. Comme par exemple : « Assis ».

Conseils :

Il est toujours plus facile d’éduquer un chiot, qu’un chien adulte, ne l’oubliez pas et commencez l’éducation de votre chiot dès que celui-ci arrive chez vous.

FAIRE UN DON : pour l’aide apportée et pour l’entretien du site qui a un coût important. C’est vous qui choisissez le montant de votre don.