Chiot : les premières nuits : votre chiot vient tout juste d’arriver chez vous. Vous êtes en extase devant ce petit bout pas plus haut que trois pommes. Il est là depuis peu, et pourtant, vous le sentez : « Vous l’aimez plus que tout ». Mais ce soir, quand il sera l’heure d’aller vous coucher ; qu’allez-vous faire quand il va se mettre à gémir, plus que de raison ?

Oui ! Lors des premières nuits de votre chiot ! Allez-vous résister à ses cris ? Allez-vous résister à la tentation de le prendre vers vous ? Pour qu’ainsi, il ne « Souffre » plus ? Non, bien sûr ! Puisque dès qu’il sera vers vous, il se calmera.

Prendre votre chiot dans votre chambre, voici la première des erreurs à ne pas commettre. Le chiot associe très vite l’endroit hiérarchique de la maisonnée, celui où les dominants se reposent. Et bien sûr ! Il ne désire qu’une chose, y accéder. Si vous le prenez vers vous et peut-être même dans votre lit, votre chiot aura gagné l’une des premières manches d’un long parcours.

Chiot : premières nuits. Commencez les préparatifs, quelques jours avant

  • Achetez une bouillotte. Nous verrons l’utilisation de celle-ci, par la suite.
  • Demandez à l’éleveur auprès duquel vous avez réservé votre chiot et ce, quelques jours avant que vous ne preniez votre petit animal. La permission de mettre un morceau de tissu sur la couche, là, où il dort avec sa maman, ses frères et sœurs. Un bon éleveur ne refusera pas.
  • Si, pour une raison ou une autre, vous n’avez pas pu placer un morceau de tissu chez l’éleveur ou simplement parce que vous avez oublié. Portez plusieurs jours de suite avant l’arrivée du chiot à la maison, l’un de vos vieux pulls ou un vieux tee-shirt pour qu’il s’imprègne bien de votre odeur.

L’arrivée du chiot à la maison : délimiter sa place

Lors des premières nuits de votre chiot, vous devez lui assignez-lui une place délimitée et définitive. Avec pour marquage, pour que votre chiot repère l’endroit où il doit se reposer : un tapis ou un coussin. Et qui ne se trouvera pas dans un lieu de passage : pas de couloir, pas au centre d’une pièce. Mais dans un angle et dans un endroit relativement tranquille, peu fréquenté. Une salle à manger, un salon par exemple. Mais pas la cuisine.

Allez ! Maintenant au dodo !

Les premières nuits de votre chiot. Ainsi, l’heure du coucher approche. Il faut laisser votre chiot tranquille et ne plus vous occuper de lui. Ne jouez plus avec lui et ne le câlinez plus, au moins un quart d’heure avant son coucher.

Préparez sa couche : Remplissez la bouillotte avec de l’eau chaude (mais pas brûlante) et entourez celle-ci avec le morceau de tissu que vous avez récupéré chez l’éleveur ou avec votre vieux tee-shirt ou pull. La chaleur, l’odeur de sa mère et de ses frères et sœurs, ou votre odeur. Tranquillisera votre chiot, le sécurisera et l’aidera à passer les premières nuits.

Maintenant au lit ! Prenez-le et déposez-le sur sa couche et dites «Son nom et reste ».

Bien sûr ! Il ne va pas rester sur son tapis (Il ne faut tout de même pas rêver ! ), il va s’approcher de la porte de votre chambre et pleurer derrière, si elle est fermée, ou même carrément rentrer dans votre chambre, si la porte est ouverte

Chiot : premières nuits, mais comment faire comprendre au chiot où il doit dormir ?

  • Ne lui parlez pas depuis votre lit, depuis votre chambre. Car vous feriez penser à votre chiot, qu’il a raison de pleurer.
  • Ne vous énervez pas.
  • Mais au contraire ! Levez-vous et prenez-le pour le reposer sur son tapis fermement, en disant « Son nom et reste ». Faites claquer votre ordre, cela doit être dit sur un ton catégorique qui montre au chiot que vous ne rigolez pas. Mais surtout restez calme. Et bien sûr ! Sans câliner ou jouer avec votre chiot.
  • Recommencez cela à chaque fois qu’il recommence son petit manège et ce, en étant vraiment très ferme à la troisième fois. Là ! Vous ne rigolez plus du tout et votre chiot doit le comprendre, non seulement, par le ton de votre voix, mais aussi, par votre posture.
  • Tenez-vous très droit et foncez-lui dessus, très rapidement.
  • Ne tapez pas votre chien, cela ne sert à rien du tout ; à part à vous défouler sur un innocent animal et au risque, d’en faire un chien peureux. Un dominant n’utilise jamais la force physique.

L’arrivée du chiot à la maison : la place du chien

La place d’un chien n’est pas dans la chambre à coucher ou sur le lit. En faisant cela, vous ne respectez pas la hiérarchie qui régit les lois (les codes) dans une meute de chien. Attention ! Aux problèmes à venir, si vous ne respectez pas cette règle. Si vous faites dormir votre chiot avec vous dans le lit, vous le surprotégez. Et en le surprotégeant votre chien va comprendre dans ses codes à lui, qu’il est le dominant de votre famille et à son tour, il risque de vous surprotéger. Mais aussi, de commander tout votre petit monde. Et gare à l’âge adulte, quand vous n’obéirez pas à l’un des ordres de votre chien.

Comme celui, par exemple : de ne pas pénétrer dans votre chambre parce qu’il vous en refuse l’accès. Votre chien s’estimant le dominant de votre famille, il vous refuse l’accès à un point stratégique et seulement réservé au dominant de la meute.

Les règles dominant/dominé

Vous êtes le dominant donc vous avez une place en hauteur, il est le dominé, il a une place plus bas que vous. Si vous ne respectez pas les lois qui régissent la meute, votre chien ne sera pas bien dans sa tête, il ne sera pas équilibré. Vous devez absolument apprendre à Dressez Votre Chien en 15 Minutes par jour

Quel que soit le caractère de votre chien. Mais qui plus est, si vous avez un chien à fort caractère, un chien à caractère dominant. Attention ! Si vous n’arrivez pas à le dominer ou si vous ne le dominez plus. Avec un chiot, vous ne vous en apercevrez pas tout de suite, c’est seulement à l’âge adulte, que vous risquez de rencontrer de sérieux problèmes. Et suivant les chiens, ces problèmes surgiront soit à l’âge de un an (voir même, plus tôt) où vers l’âge de deux ou trois ans.

Chiot : premières nuits : conseils

Ces premières nuits sont décisives. Ne cédez surtout pas, par facilité ou pour ne plus entendre gémir votre chiot. Car en réagissant bien lors des premières nuits, vous commencez dès le départ à placer correctement les règles et à montrer au chiot qui commande.