Comment disputer un chiot ? Un maître ne connaît pas toujours la meilleure façon de disputer
un chiot. Avec un chien, sachez que l’on ne doit jamais utiliser la force, cela ne sert strictement à rien. Vous pouvez apprendre à : Dressez Votre Chien en 15 Minutes par jour

Comment disputer un chiot ?

On dispute et on récompense le chiot, comme le chien adulte, par la voix et en modulant le ton de celle-ci :

  • Très enjouée pour récompenser.
  • Grave et autoritaire pour disputer.

Lorsque votre chiot a fait une très grosse bêtise. Qu’il a désobéi de façon flagrante à l’un de vos ordres, comme le « Non » par exemple. Vous devez le disputer, pour lui montrer que vous n’admettez absolument pas ce comportement.

Mais comment faire ?

Attrapez votre chiot par la peau du cou et secouez-le, ou bien, plaquez-le au sol ou bloquez-le couché sur le flanc (c’est ainsi, que fait la maman chienne pour disputer ses chiots). Votre chiot comprendra donc immédiatement de quoi il retourne. Dès que votre chien se soumet, c’est-à-dire :

  • Qu’il se couche.
  • Qu’il se met sur le dos.
  • Qu’il donne la patte.
  • Qu’il couine.

Qui sont des signes de soumission chez le chien. Vous devez arrêter immédiatement de le disputer et ce, même par la voix. La dispute est totalement finie, vous ne revenez plus dessus. Un chien ne peut pas comprendre que vous boudiez après lui ou que vous reveniez sans arrêt sur cette dispute. Après cela, ne le caressez pas et ne jouez pas tout de suite avec lui. Mais attendez de dix à quinze minutes.

Comment disputer un chiot ? Ce ne doit pas être systématique.

Attention ! Il ne s’agit pas de disputer votre chiot de cette façon, à chaque fois. Ces méthodes doivent être utilisées en cas de désobéissance flagrante ou bien si votre chiot vous grogne ou essaye de vous mordre, par exemple : lorsque vous voulez lui retirer sa gamelle ou lui prendre un jouet… Ce sera à vous de savoir à quel moment vous le disputez par la voix et à quel moment vous pouvez utiliser et sans en abuser, une des méthodes citées, ci-dessus.

Conseils :

N’oubliez jamais de féliciter votre chiot, quant à vos ordres, il a bien obéi. N’oubliez pas d’apprendre à votre chiot et dès le plus jeune âge, ce que veut dire le mot « Non ». Qui n’admet aucune désobéissance de sa part, dès que celui-ci est prononcé par son maître.