En tant qu’être humain, vous pouvez éviter le stress en vous accordant plus de temps pour vous reposer et en essayant d’éviter la satiété des stimuli. Il en va de même, en principe, pour les chats. Voici cinq conseils pour aider votre chat à se détendre.

Les chats sont des animaux sensibles qui réagissent rapidement à de nombreuses choses en cas de stress. Si vous voulez éviter le stress pour vos pattes de velours, vous devez prendre les conseils suivants à cœur.

1. Créer et respecter des lieux de retraite

Créez plusieurs lieux de retraite pour votre chat dans l’appartement. Si quelque chose devient trop important pour un chat, comme une visite, le nettoyage ou la redécoration de l’appartement, il doit pouvoir se retirer dans un lieu de confiance. Conseil : un endroit élevé, par exemple un grattoir, est un endroit que la plupart des chats aiment utiliser comme retraite.

2. L’emplacement optimal du bac à litière

« Je ne peux pas le faire quand quelqu’un regarde », pensent certains chats. Il y a peu de choses qui dérangent plus les chats qu’une litière où ils ne peuvent pas faire leurs besoins en toute tranquillité. C’est pourquoi, vous devez toujours placer les toilettes pour le chat dans un endroit calme. Conseil : les toilettes se sont avérées être un bon choix, car il n’y a pas de circulation de passage. Placez le bac à litière de manière à ce qu’il soit protégé d’une part et qu’il offre d’autre part la possibilité d’avoir une vue sur la pièce de là.

3. Éviter le stress grâce aux options de jeu

Les chats aiment jouer par nature, il faut donc toujours leur offrir suffisamment de possibilités de jeu ou de jouets pour chats. Parce que l’ennui peut aussi entraîner un stress chez les chats. En jouant, votre chat peut éviter le stress, car il n’est même pas accumulé.

4. Accepter les périodes de repos du chat

Chaque chat a besoin de ses périodes de repos. Si votre chat domestique bat en retraite, ferme les yeux ou rit un peu, vous devez le laisser tranquille et, au mieux, éviter le bruit. Ne réveillez pas votre nez en peluche lorsqu’il fait la sieste et attendez plutôt que votre chat se réveille tout seul et vienne vous faire un câlin.

5. Inclure le chat

Vous ne devez donc pas surmener votre chat, mais aussi ne pas le négliger si vous voulez lui éviter le stress. Intégrez votre chat dans votre journée, par exemple en jouant avec lui régulièrement, s’il en a envie. S’il préfère rester assis, il vaut mieux le laisser tranquille. À moins qu’il ne semble inhabituellement réservé et apathique pendant longtemps. Dans ce cas, il peut souffrir ou être malade. Si cet état persiste pendant une période remarquablement longue, il est préférable de consulter un vétérinaire par précaution.

Comment se manifeste le stress chez le chat ?

Chaque chat a une personnalité bien à lui et peut manifester son stress de différentes manières. Plusieurs types de symptômes sont observables, selon le caractère de votre animal :

Une agressivité grandissante : si votre chat a pour habitude d’être calme et docile, il se peut que le stress le fasse devenir agressif. Dans ce cas, il peut se mettre sans véritable raison apparente à cracher ou feuler, à mordre, à griffer, à refuser le contact ou encore à hérisser ses poils. Ses pupilles sont souvent dilatées et fixes.

Une anxiété accrue : le chat stressé est généralement anxieux. Il a peur du moindre bruit, il développe des phobies et il peut réagir en modifiant son comportement subitement. Cette anxiété peut le pousser à s’automutiler en se mordant ou en s’arrachant des touffes de poils, mais il peut également ingérer tout type d’objet, ce qui s’avère très dangereux.

Des miaulements fréquents : un chat communique beaucoup en miaulant. Les miaulements longs et forts, plutôt graves, sont bien souvent des signes de stress.

Un léchage compulsif : lorsqu’il se sent stresser ou qu’il déprime par ennui, le chat a tendance à se lécher compulsivement, principalement les pattes. S’il se lèche également le ventre ou la queue lorsque vous le touchez, il peut s’agir de stress. Ce comportement peut conduire à une perte en masse des poils dans les zones léchées et à une irritation entraînant la formation de croûtes.

L’incontinence et la malpropreté : le chat stressé se met généralement à faire ses besoins en dehors de la litière. Pour manifester son mal-être, il a tendance à uriner là où vous pouvez le voir.

Le marquage par les griffes : perturbé, le chat stressé a le sentiment de ne plus maîtriser ni reconnaître son environnement. Il a besoin de le marquer et il se met alors à griffer verticalement les meubles de grande taille et les murs.

Le développement de maladies infectieuses : lorsqu’il est stressé, l’organisme du chat sécrète des hormones qui perturbent le bon fonctionnement des globules blancs, qui sont les cellules qui protègent le corps. Son système immunitaire est ainsi plus vulnérable et sujet au développement de maladies infectieuses. Si celles-ci se répètent, il peut s’agir d’un stress chronique.

Des troubles de l’alimentation : face au stress, le chat peut présenter des troubles alimentaires radicalement opposés. Certains perdront l’appétit et refuseront de se nourrir. D’autres ne pourront s’empêcher de manger de manière compulsive et de tout vomir aussitôt.

L’apparition de tocs (troubles obsessionnels compulsifs) : le chat peureux et stressé peut développer des tocs, comme un comportement hyperactif soudain et répété, des gestes sans arrêt renouvelés, il peut rester immobile pendant des heures, courir après sa queue ou bien se mettre à toucher un objet pendant plusieurs minutes.

Le refus des caresses : le chat stressé cherche bien souvent à fuir le contact, notamment les caresses. Si vous insistez, il peut se montrer agressif et vous avertir en pointant ses oreilles vers l’arrière.

Quelles sont les causes du stress chez le chat ?

Identifier la ou les causes du stress chez le chat peut prendre du temps. Toutefois, il est important de les rechercher, car seule leur résolution permettra d’aider votre animal à se sentir mieux.

Si les causes peuvent être nombreuses et très variées, en voici les plus fréquentes :

La cohabitation entre plusieurs chats : le chat aime avoir son territoire et ses habitudes. S’il n’y a pas été habitué, il n’apprécie pas la cohabitation avec d’autres individus.

L’arrivée d’un nouvel animal ou d’un bébé au sein du foyer : le chat peut se sentir perturbé si un nouvel « intrus » pénètre son territoire et s’y installe.

La réception d’invités : la présence d’invités au sein de votre foyer perturbe le territoire naturel de votre chat. Certains peuvent mal le vivre et stresser, s’isoler ou se montrer agressifs.

Le changement de territoire : votre chat se repère grâce à son territoire qui se doit de lui être rassurant. En cas de changement, comme un déménagement ou une mise en garde temporaire en votre absence, il peut exprimer un stress. Il en va de même pour toute perturbation au sein de son territoire, comme des travaux ou un réaménagement, etc.

Un changement alimentaire : le chat apprécie la régularité alimentaire. Penser lui faire plaisir en variant ses menus est une erreur ; cela renforce au contraire son anxiété. Donnez-lui une nourriture de qualité, essentiellement sous forme de croquettes et n’en changez pas si elle lui convient.

Une mauvaise distribution alimentaire : le chat apprécie plusieurs petites rations par jour. Si vous ne le nourrissez qu’une ou deux fois par jour, il peut se mettre à stresser par peur de manquer.

Le transport en voiture : votre chat peut avoir des difficultés à supporter le transport en voiture. Ce trouble peut s’expliquer par le mal des transports ou bien par l’association de ces trajets avec un événement désagréable, comme la visite chez le vétérinaire.

Une maladie : le stress peut également être la conséquence d’une maladie ou d’une souffrance.

Quelles sont les conséquences du stress chez le chat ?

Le chat peut ressentir un stress passager naturel suite à l’une de ces perturbations. Cela n’a rien d’inquiétant. Toutefois, si vous constatez que ces situations et que ces troubles du comportement se répètent et que votre animal semble vivre dans un sentiment d’inquiétude ou d’angoisse permanentes, il est important de rapidement consulter le vétérinaire.

La vessie est un organe de premier plan en cas de stress, d’où le fréquent comportement de malpropreté. Le stress chronique peut ainsi favoriser le développement d’affections urinaires. Par ailleurs, en raison de la surproduction de cortisol dans l’organisme due au stress, le système immunitaire du chat devient plus fragile et sensible aux maladies infectieuses.

Vous l’aurez compris, laisser le stress s’installer est dangereux pour la santé de votre animal. Il est important de rapidement trouver une solution pour le soulager, avant que le trouble ne soit trop profondément installé.

Comment soulager le stress chez le chat ?

Lorsque vous constatez les premiers symptômes du stress chez votre chat, consultez le vétérinaire sans attendre. Dans un premier temps, le vétérinaire s’assurera que votre chat n’est pas malade ou blessé. S’il est en bonne santé, il suspectera alors une origine comportementale.

Votre vétérinaire peut ensuite vous aider à rechercher les sources de l’anxiété de votre chat, ou bien vous orienter vers un vétérinaire comportementaliste. Cette démarche aide à mettre en place des mesures ou des traitements adaptés pour soulager le stress. Un traitement à base de compléments alimentaires naturels ou de phéromones apaisantes peut être mis en place pour réduire l’anxiété de votre chat. Si votre vétérinaire l’estime nécessaire, il peut lui prescrire des traitements médicamenteux.

Les bons gestes à adopter

En parallèle, on vous conseille d’adopter les bons gestes afin de réduire le stress de votre animal, ou tout du moins ne pas l’aggraver.

  • Donnez-lui plusieurs petites rations de nourriture par jour, si l’angoisse est d’origine alimentaire. Soyez régulier et présentez-lui toujours la même alimentation, de qualité de préférence afin de couvrir ses besoins nutritionnels quotidiens.
  • Ne le punissez pas lorsqu’il manifeste son stress afin de ne pas l’aggraver.
  • Placez-lui toujours de l’eau fraîche à disposition pour pallier les éventuels risques urinaires.
  • Laissez-lui à sa disposition des jeux, des griffoirs, des espaces pour se cacher et pour se percher en hauteur.
  • Prenez le temps de jouer avec lui et de lui consacrer du temps, qu’il soit seul ou que son stress soit dû à l’arrivée d’un nouvel animal ou d’un bébé.
  • Laissez à votre animal le temps de s’adapter à chaque changement. Soyez patient et allez-y progressivement afin d’éviter de le perturber.