Chien qui détruit et fugue et qui en plus, aboie. C’est un problème de comportement qui peut avoir diverses origines. Mais dans ce cas précis, c’est un changement familial qui est à l’origine de ces troubles du comportement chez le chien. Sans s’en rendre compte, ses maîtres qui s’occupaient énormément de leur chien, l’on délaissé au profit de leur enfant. Le chien n’a alors pas compris ce changement brutal.

Chien qui détruit et fugue : votre question

Voilà ! J’ai un problème avec mon Pincher nain, chippeur qui était propre et gentil à l’appartement et qui, depuis que nous sommes arrivé en maison + arrivée de bébé est de nouveau pas propre. Lorsque que l’on part, il urine partout et fait des crottes, alors ont le met dans le garage mais il détruit : la porte de garage, mais uniquement les portes. Nous avons voulu le mettre dehors, mais il aboie. Donc, ont lui a mis un collier anti-aboiement, mais maintenant il se sauve, nous avons bouché les deux trous où il a réussi à se sauver. Mais maintenant on a peur qu’il se sauve de nouveau, donc, il est dans la maison. Mais midi et soir on ramasse ! J’ai essayé la gentillesse, l’ignorance, la punition…. la musique, quand on part. Mais rien ne marche ! Si vous avez une technique ! Merci d’avance pour votre réponse!

Chien qui détruit et fugue : les changements familiaux

L’arrivée de votre bébé, a perturbé votre chien. Vous deviez donner beaucoup d’attention à votre chien et l’arrivée de votre enfant a fait, que dorénavant, vous vous occupez nettement moins de lui.

Ce problème est lié à un problème relationnel et ce trouble du comportement chez le chien adulte, peut-être dû au fait d’un changement dans votre famille. Exemple :

  • Absence soudaine des maîtres, l’un des deux travaille à nouveau et le chien se retrouve brusquement seul.
  • Un divorce. Cela peut aussi, perturber un chien.
  • L’arrivée d’un enfant ou un changement quelconque dans le foyer. Et l’on s’occupe nettement moins du chien, (Votre cas).

Chien qui détruit et fugue : comment remédier à ce problème ?

Vous devez prendre le temps de vous occuper de votre chien et ne pas autant le négliger. Je sais, un enfant demande de la disponibilité, mais votre chien, aussi. Vous devez le promener tous les jours et ce, pour de longues promenades et pas seulement pour la petite promenade hygiénique d’une demi-heure.

Votre chien a besoin de se défouler et de sentir d’autres odeurs en dehors de la cour de votre maison. Cela lui permet de rencontrer d’autres chiens et d’autres personnes et c’est très important pour son équilibre. Ce n’est pas la bonne solution de l’enfermer dans le garage. Votre chien se sent alors isolé de la meute (c’est-à-dire de votre famille), cela met en péril son rang hiérarchique. Vous devez remédier à cela et ne plus enfermer votre chien.

Même si votre enfant vous donne beaucoup de travail, vous devez : vous ou votre conjoint être disponible pour votre chien et vous occuper de votre animal : le promener, avoir des moments de tendresse avec lui, des périodes de jeu. Par exemple : lancez-lui une balle qu’il doit vous rapporter, les chiens adorent ce jeu. En jouant, en vous occupant de votre petit compagnon, vous lui montrez que vous avez de l’attention pour lui, vous aurez ainsi, des moments de complicité. De plus, le fait que votre chien vous rapporte une balle est un acte de soumission pour le chien.

Faites-le travailler de petits exercices : « assis », « couché », « pas bougé ». La complicité entre maître et chien naît aussi, pendant le travail. Le fait d’avoir un enfant, ne doit pas vous faire oublier votre chien et les moments de tendresse et de jeu.

Le chien a besoin dans sa nouvelle meute (votre famille) de connaître son rang hiérarchique, c’est très important pour son équilibre.

Chien qui détruit et fugue : avoir un vrai maître

Votre chien doit absolument savoir que son maître est un vrai chef. Qu’il agit en conséquence, qu’il dirige correctement la meute en s’occupant de tous les membres composant celle-ci (votre animal fait partie de ces membres) mais avec patience, douceur et fermeté. Sinon, dans la logique canine il doit revendiquer sa place et s’il ne le peut pas : ses instincts de soumission et de dominance vont entrer en conflit. Et c’est là, que surgissent les troubles du comportement. Cela peut se traduire, par : la destruction, le manque de propreté…

Chien qui détruit et fugue : mettre la hiérarchie en place

La façon la plus simple d’établir la hiérarchie, est de lire mon article sur le sujet et de mettre en pratique des exercices d’obéissance et ce, quelle que soit la race de votre chien. Mettez en place des zones autorisées et des zones interdites chez vous. Un chien ne doit pas avoir accès à toutes les pièces de la maison. Mais attention ! Après avoir mis en place ces zones. N’oubliez pas, que ce qui est interdit l’est pour toujours et de même pour ce qui est autorisé.

Allez lire ces articles :

  • Les 40 erreurs à ne pas commettre avec un chien.
  • La hiérarchie.

Cela vous sera d’une grande utilité, pour connaître ce que vous devez faire et ne surtout pas faire avec un chien. Vous devez apprendre à éduquer votre chien et les deux articles cités plus haut, vous seront forts utiles.

La propreté :

Évitez de faire la fête à votre chien, lors de votre retour après une absence qu’elle soit courte ou longue. Ignorez-le totalement comme s’il n’existait pas, pendant environ une vingtaine de minutes. S’il vous saute dessus, ne dites rien et ne le repoussez surtout pas. Mais au contraire, écartez-vous pour lui enlever l’appui qu’il a avec votre corps, votre jambe, c’est tout. Au moment du départ faites la même chose, un quart d’heure avant votre absence. Ignorez-le, ne le caressez plus, ne jouez plus avec lui, ne lui parlez plus. Lorsque vous partez, ne dites pas : « T’inquiètes pas, je reviens ». Non ! Sortez sans rien dire, sans un regard, comme si c’était un acte tout à fait normal.

N’habituez pas votre chien lorsque vous êtes chez vous et que vous allez au jardin ou que vous allez étendre du linge à l’appeler constamment, pour qu’il vienne avec vous. En faisant cela et en l’appelant sans cesse. Vous habituez votre chien à ne plus pouvoir se passer de vous et par la suite, il va stresser lors de vos absences.

Chien qui détruit et fugue : les dégâts

Lorsque vous constatez des dégâts (pipi, caca, destructions) le mieux est de ne pas montrer de l’intérêt pour ceux-ci et donc, de les ignorer. Il faut lorsque vous constatez ce genre de problèmes ne surtout jamais nettoyer devant le chien. Si vous êtes seule à la maison isolez votre chien et mettez-le dans une autre pièce, ou bien alors, demandez à votre conjoint de le sortir pour une promenade. Le temps pour vous de nettoyer toutes les bêtises de votre animal. Un chien ne doit jamais, absolument jamais, vous voir nettoyer ses besoins ou les dégâts qu’il a commis. S’il vous voit faire, il en conclut que sa technique a fonctionné et que vous vous intéressez à lui, que vous vous occupez de lui.

Je fais pipi, je fais caca, je détruis = Ma maîtresse ramasse et nettoie les sottises que j’ai fait = Elle fait attention à moi, elle s’occupe de moi = Super ! Je recommence demain.

Si vous disputez votre chien, si vous hurlez après lui, il en tirera les mêmes conclusions. On ne doit jamais crier avec un chien tout doit se faire dans le calme mais avec fermeté.

Lorsque vous vous absentez. Donnez-lui quelque chose auquel il n’a d’habitude, pas droit. Par exemple : un os à ronger. Donnez plutôt un os en peau de buffle, les vrais os peuvent provoquer chez le chien une grave occlusion intestinale.

Le chien fugueur

Un chien peut devenir fugueur parce qu’il n’a pas un vrai maître avec une cohésion dans la meute (votre famille), qu’il est rejeté et marginalisé par des attitudes (chien délaissé) ou par des disputes. Normalement ! Un chien qui est bien dans sa famille avec la hiérarchie correctement mise en place et avec lequel on joue. Un chien qui est promené tous les jours avec des espaces de liberté, ce chien n’a pas l’instinct de fuguer. Puisqu’il se sent bien dans sa meute.

Offrez à votre chien une hiérarchie saine et claire.
Fournissez à votre chien des stimulations en grand nombre et sous de nombreuses formes. En le promenant tous les jours et dans des endroits différents et dès que vous le pouvez en liberté.

Pour résumer

Faites avec votre chien de grandes promenades en liberté et dans des lieux inconnus (forêt, parcs etc…). Le chien doit souvent changer de parcours, ne le promenez pas sans arrêt au même endroit. Et lâchez-le, dès lors qu’il ne risque rien. Les promenades doivent durer environ deux heures et on évitera les abords immédiats de la maison. Sinon vous ne ferez que donner l’impression à votre chien, que son territoire s’agrandit.
Un chien adore courir avec son maître. Faites du footing ou du vélo, votre chien sera tout heureux de courir à vos côtés et il dépensera son énergie, canalisera sa fougue.
Jouez avec votre chien à divers jeux. Comme, par exemple :
le lancer de balle et le rapport de celle-ci.
Jouez au foot avec votre petit compagnon, vous serez surpris par les aptitudes de votre chien pour le football. Un goal professionnel sommeille en lui.
Limitez les points de sortie en scellant la clôture au sol. Ceci, pour les chiens qui creusent.
Si vous n’avez jamais habitué votre chien à votre absence, faites-le dès maintenant et sur plusieurs jours. Absence de 5 minutes, puis 10 minutes, puis 15 minutes, etc…
Ne jamais punir ou disputer un chien au moment du retour (le rappel). Vous devez au contraire le féliciter chaleureusement et ignorer la faute et ce, même si vous bouillonnez à l’intérieur de vous-même, parce que vous venez de l’attendre plus d’une heure. Sinon, votre chien aura à la longue peur de revenir auprès de vous, peur rentrer chez vous.

Conseils

Tout ce que vous me décrivez, est le signe d’un malaise chez votre chien. Ce comportement peut signaler la perturbation de la hiérarchie naturelle, le sentiment d’abandon. Par exemple : Le maître qui ne permet pas au chien de laisser ses instincts naturels s’exprimer, par le biais des jeux et de longues promenades. Corrigez votre comportement avec votre chien, pour son bien-être et par la même occasion pour le vôtre.